Oui, je ressens de la fatigue

Et si le problème venait d’une difficulté à mettre des limites ? Affirmer ses besoins et oser

dire non est crucial pour conserver son énergie.

Mon travail consiste à vous aider : 

à prendre conscience de ce que vous vivez, à mieux sentir vos limites et à repérer ce qui vous fait du bien.

Oser dire non

Nous plions parfois sous le poids des sollicitudes, des attentes des autres que nous pensons devoir satisfaire. Cela peut même devenir envahissant. Or, si nous ne posons pas nos limites, nous allons accumuler de la fatigue et du stress. C’est ce qu’on retrouve souvent dans les cas de dépression et/ou de burn-out.

Prendre conscience de ses limites

Les rapports humains impliquent la nécessité d’exprimer nos besoins personnels et de poser des limites. Autrement dit, le contact avec autrui suppose des négociations.

Faire un pas de côté

Quand nous avons le sentiment que notre espace personnel est envahi, il est utile de faire une pause pour respirer et réfléchir. Dans ces cas-là, nous ressentons souvent du stress, de la fatigue, du découragement et/ou de la vulnérabilité et nous avons tendance à oublier de prendre soin de nous, De ce fait, il devient plus difficile d'identifier et de verbaliser nos besoins. 

Et vous ?

Dans ce genre de situations, il peut être intéressant de réfléchir à des questions comme celles-ci :

Ai-je l’impression d’avoir suffisamment d'espace personnel ?


J’ai le droit de ne pas être trop souvent interrompu·e dans mon travail, de ne pas répondre systématiquement à un proche en difficulté, de ne pas prendre les «bons conseils» d’une connaissance sur la façon dont je devrais gérer ma vie, etc.




Est-ce que je prends du temps pour moi, pour faire des choses qui me font du bien ?


Les apparentes bonnes raisons qui me poussent à faire une croix sur les activités qui me plaisent et me ressourcent sont souvent entretenues par un sentiment de culpabilité, ce qui ne profite finalement à personne. Je peux prendre la responsabilité de ma vie.




Est-ce que je me sens libre de dire non et de ressentir ce que je ressens, ou cela me donne-t-il l’impression de ne pas être une bonne personne ?


Je peux me retenir de «faire des films», d’imaginer et d’anticiper les réactions négatives des autres si je leur disais que je n’ai pas envie ou que je ne suis pas d’accord de faire ceci ou cela. Je peux aussi vérifier mes hypothèses auprès des personnes sur ce qu’elles pensent réellement.




Est-ce que je me sens plus vite agressé·e que d’habitude, irritable ?


Voilà des indications importantes ! Peut-être ai-je besoin de calme, de solitude ? De quoi ai-je besoin exactement ?




Est-ce que je me laisse envahir par des choses qui appartiennent à d’autres personnes ?


Je ne suis pas responsable des opinions des autres, de leurs émotions, de leurs paroles, de leurs agissements. Je n’ai pas non plus à me soucier de ce qu’ils pensent de moi. Ce qui compte, c’est ce que je pense personnellement de moi en toute honnêteté !





Le résultat, c'est ce qui est en train d'être fait.